Comment miner du Bitcoin ?

0
698

Pionnière des cryptomonnaies, le Bitcoin est aussi la plus réputée d’entre elles. Il est considéré comme étant l’or du numérique à cause de la forte hausse de sa valeur depuis sa création en 2008. Avec un taux de conversion initial de moins de 1 €, le BTC vaut actuellement plus de 10.000 €. C’est actuellement le coin le plus recherché par les mineurs.

Ces derniers exploitent sa blockchain pour pouvoir miner du Bitcoin gratuitement. En effet, il est possible d’obtenir 25 BTC pour chaque bloc miné. Il est, par contre, nécessaire d’utiliser du matériel informatique spécifique pour la réussite de l’opération. Pour obtenir des Bitcoins, il vous est également possible d’en acheter contre des devises sur des sites d’exchange.

Que faut-il savoir concernant le minage du Bitcoin ?

Le Bitcoin a été lancé le 01 novembre 2008 par Satoshi Nakamoto. Il a été le premier réseau de cryptomonnaies. Sa technologie se base sur l’utilisation d’une blockchain, qui est une suite de blocs d’enregistrements transactionnels, et qui est utilisé comme étant le registre public de toutes les opérations effectuées. Le réseau est composé par des milliers d’utilisateurs et des nœuds contrôlés par les mineurs de Bitcoin grâce à leur matériel informatique.

Le principe de validation de la blockchain du Bitcoin

Pour bien comprendre ce qu’est le minage du Bitcoin et comment s’y prendre, il est d’abord nécessaire de connaître les processus sur lesquels se basent les mineurs pour procéder. Le concept englobe les opérations de vérification et de validation, permettant d’ajouter un nouveau bloc de transactions à la blockchain.

Chaque bloc est constitué par une liste de transactions d’une taille de 1 Mo et d’un en-tête. Celui-ci contient la version du bloc, l’identifiant du bloc précédent, la date et le niveau de difficulté de la preuve de travail. Pour qu’une transaction soit vérifiée, les nœuds doivent trouver un consensus de validation par preuve de travail ou Proof of Work (PoW), en utilisant un algorithme de hachage nommé SHA-256.

La valeur du consensus doit être inférieure au niveau de difficulté du PoW, lequel est obtenu par hachage de la chaîne complète. La continuité du service de validation des blocs réside dans le fait que chaque nœud dispose d’un exemplaire partiel ou complet de la blockchain. Néanmoins, seule la chaîne ayant nécessitée le maximum de travail est prise en compte.

Les nœuds effectuent donc des vérifications régulières entre elles pour comparer leurs chaînes. L’intégrité de la blockchain est garantie par le fait que chaque bloc est référencé par l’identifiant algorithmique du bloc précédent. Cette mesure de sécurité permet d’éviter que les détails contenus dans les blocs des transactions antérieures ne puissent être modifiés.

Que signifie miner du Bitcoin ?

Miner du Bitcoin implique de participer à la validation d’un bloc pour l’ajout de celui-ci sur la blockchain. Chaque nœud dispose d’une liste de transactions mises en attente pour constituer un bloc. Pour l’ajouter à la blockchain, il faut trouver une valeur de consensus PoW en résolvant l’algorithme de hachage en fonction des variables du bloc, soit l’identifiant de la liste de ses transactions et celui du bloc précédent. La complexité de cette équation réside dans le fait qu’il existe d’innombrables possibilités de résultats.

L’unique méthode consiste ainsi à tester en continu jusqu’à trouver la bonne solution. Lorsqu’un nouveau bloc est ajouté à la chaîne, de nouveaux Bitcoins sont créés. Ces récompenses ne sont par contre versées par le réseau qu’au nœud qui a validé le bloc. Dans cette optique, tous les mineurs sont en compétition pour être le premier à trouver le consensus du bloc à valider. Pour cela, du matériel informatique fournissant des puissances de calcul élevées est essentiel pour essayer dans un minimum de temps les millions de résultats possibles.

Quelles sont les techniques de minage possible du Bitcoin ?

Au lancement du Bitcoin, les nœuds du réseau pouvaient miner facilement des blocs avec un simple CPU d’ordinateur. Néanmoins, il faut savoir que les délais de validation des blocs s’allongent en même temps que la blockchain, car la difficulté du minage augmente aussi en fonction de la croissance de la taille du réseau.

Les matériels utilisés pour miner du Bitcoin en solo

Actuellement, il est devenu quasiment impossible de miner tout seul du Bitcoin avec un simple CPU. Seuls les matériels Asic sont capables de valider les blocs de transactions BTC actuels, en concurrence avec des milliers d’autres nœuds du réseau. Ce sont les matériels les plus performants du marché pour le minage, grâce à un circuit intégré dédié à un algorithme précis. Dans le cas présent, il faut utiliser un Asic conçu pour le SHA-256.

A noter que ces types de matériels sont très énergivores et dissipent énormément de chaleur. Il est donc essentiel de le refroidir avec un ventilateur ou une solution plus efficace, par liquide par exemple. A cause de leurs technologies très avancées et de leurs performances, les Asics sont des matériels haut de gamme, qui coûtent chers. Il est nécessaire de disposer d’une certaine connaissance technique pour la configuration de la connexion de votre équipement au réseau Bitcoin.

Les matériels possibles au minage en pool du Bitcoin

Les pools sont des équipes de mineurs qui se regroupent pour mutualiser leurs puissances de hachage. Cela leurs permet d’augmenter leurs chances de valider des blocs, car la plupart des mineurs actuels se regroupent en pool. Pour intégrer ces groupes de nœuds, il est possible d’utiliser soit un ASIC, soit un GPU. Ce dernier est le composant essentiel d’une carte graphique et propose une puissance bien plus élevé qu’un simple micro-processeur d’ordinateur. Il est possible d’en combiner plusieurs sous la forme d’un rigGPU. Cela implique d’utiliser une carte-mère de contrôle, une alimentation de puissance et un système de refroidissement.

Il est également essentiel d’installer un logiciel de minage et de configurer l’accès au réseau du pool. Néanmoins, il n’est pas rare que les mineurs Asics se regroupent aussi dans des pools pour récupérer plus facilement des Bitcoins gratuits. Dans tous les cas, il est essentiel de bien se renseigner concernant les conditions de partage des gains, qui peuvent être répartis également entre les mineurs ou en fonction des efforts de hachage de chacun.

Comment miner du Bitcoin en Cloud ?

La concurrence pour le minage de Bitcoin tend de plus en plus à être favorable aux mineurs ayant les matériels de hachage les plus puissants. En effet, ce sont les pools d’ASICs et les grandes entreprises de minage qui récupèrent la grande partie des BTC minés. Pour se faire une place dans cette rude compétition, il existe une solution qui ne requiert pas un important investissement pour l’achat de matériels de minage.

En effet, des grandes firmes proposent actuellement à tout le monde de pouvoir miner des Bitcoins, en louant des puissances de hachage. En effet, ces sociétés disposent d’énormes installations de matériels ASIC. Le concept se base sur un contrat qui permet au client de louer une certaine puissance de calcul en fonction de son budget, puis d’attendre le délai stipulé dans le marché pour récupérer les BTC générés. Cette solution permet aussi d’éviter les charges en électricité, ainsi les difficultés techniques d’installation et de configuration des matériels de minage.