Un commerce électronique interentreprises qui ne casse pas la baraque

0
114

Le Covid-19 impose un dilemme à de nombreux commerçants B2B. Ils se rendent compte qu’une présence solide dans le commerce électronique est essentielle à la viabilité à long terme. Mais ils hésitent naturellement à dépenser de l’argent, en pleine pandémie, pour des mises à niveau numériques significatives.

Mais il n’est pas nécessaire que ce soit l’un ou l’autre. Les vendeurs B2B peuvent investir dans le commerce électronique et préserver l’argent liquide.

Voici cinq façons d’améliorer le commerce électronique interentreprises sans se ruiner.

Le commerce électronique interentreprises à un prix abordable

1. Utiliser les fonctionnalités intégrées. Les plates-formes de commerce électronique interentreprises ont mûri. Des fonctionnalités sophistiquées et pré-établies sont depuis longtemps disponibles pour les vendeurs B2C. Les vendeurs interentreprises peuvent désormais bénéficier de bon nombre des mêmes fonctionnalités, ce qui leur évite de perdre du temps et de l’argent dans le développement.

Par exemple, l’intégration d’une plate-forme de commerce électronique interentreprises avec les systèmes dorsaux existants a toujours été coûteuse et longue. Ce n’est plus le cas. De nombreuses plateformes disposent désormais d’intégrations par défaut ou d’un accès à des connecteurs tiers. Il en résulte des intégrations plus rentables en moins de temps de configuration.

2. Garder la conception simple. Les modèles de conception prêts à l’emploi se sont généralisés. La plupart sont facilement personnalisables en fonction de votre marque, ce qui permet d’obtenir un site attrayant et très fonctionnel sans devoir repartir de zéro. D’après mon expérience, les commerçants qui cherchent à contrôler les coûts devraient d’abord choisir un thème ou un modèle préétabli en fonction des caractéristiques de l’expérience utilisateur. Ensuite, ils peuvent ajouter le logo, les polices, les images et les couleurs de leur entreprise. Cela permet un lancement rapide et abordable, qui s’améliore facilement avec le temps.

3. Limiter le champ d’application. La meilleure façon de maintenir les projets de commerce électronique interentreprises dans un budget est d’en limiter la portée. N’essayez pas de tout faire dès le début.

Quelle est la plus haute priorité ? Peut-être l’amélioration de l’image de marque et de l’expérience de l’utilisateur. Ou peut-être s’agit-il de permettre la commande en ligne – en quatre semaines. Définir la priorité aidera votre équipe de développement à respecter les délais et les budgets.

Lorsque vous considérez les priorités, demandez :

  • Quelles sont les caractéristiques qui permettraient d’améliorer les recettes ?
  • Quels sont les produits les plus importants ?
  • Combien de commandes allez-vous traiter par jour ?
  • À quelle fréquence les prix changent-ils ?

Un ensemble plus restreint de produits et de données connexes est plus facile à obtenir sur votre site. Votre développeur peut utiliser des scripts pour déplacer les données si elles sont transférées depuis un autre système. En limitant la migration (par exemple en réduisant l’historique des commandes), vous pourriez réduire les coûts.

Il est possible de renoncer à intégrer une nouvelle plate-forme de commerce électronique à un logiciel de gestion et de saisir manuellement les commandes dans le système de gestion. Cela pourrait également accélérer le processus. Les décisions d’intégration dépendent généralement du volume des commandes, de la complexité des prix et de la question de savoir si vous remplacez un site existant ou si vous en lancez un nouveau.

Tenter de satisfaire toutes les parties prenantes peut faire exploser la portée d’un projet, ce qui fait augmenter les coûts. Pour contrôler le calendrier et le budget, mettez en place une personne responsable de votre équipe interfonctionnelle – développeurs, gestionnaires, personnel de vente, service clientèle – qui pourra coordonner les réactions et se concentrer sur les priorités.

4. Réductions et incitations. Dans le sillage de Covid-19, les plateformes de commerce électronique offrent des incitations et des tarifs réduits. Renseignez-vous sur les options qui s’offrent à vous. Si une plateforme n’offre pas publiquement de rabais, demandez-les. De nombreuses plateformes connaissent également une baisse de leurs revenus et sont désireuses de gagner des clients.

J’ai vu des offres telles que trois mois de licences gratuites ainsi que des forfaits à prix réduit pour se mettre rapidement en route avec une portée limitée. Profiter d’offres spéciales limiterait vos coûts initiaux. Vous pourriez ensuite réinvestir les revenus de votre nouveau site dans des mises à jour et de nouvelles fonctionnalités.

5. Vente directe au consommateur. Le commerce électronique permet aux entreprises B2B de vendre directement aux consommateurs, et pas seulement à d’autres entreprises. L’interruption du Covid-19 est une occasion de faire le grand saut.

Lancement rapide

Avec la bonne portée, il est possible de lancer un site de commerce électronique interentreprises significatif en un mois ou moins. L’essentiel est de le mettre en service, de gagner un peu d’argent et d’y ajouter des fonctionnalités au fil du temps.

Note de la rédaction : Lori McDonald présentera « Lessons from High-performing B2B Ecommerce Sellers », un webinaire pratique sur le commerce électronique, le 16 juin. Inscription gratuite. >