L’impression 3D au secours du manque de respirateurs pour la pandémie coronavirus

0
185

L’impression 3D vient au secours du manque de matériel médical qui fait cruellement faute aux personnels soignants en cette crise du coronavirus.

Les grands industriels étrangers ont du mal à livrer les matériels et équipements commandés, aussi il faut pallier à l’urgence. C’est pourquoi, des particuliers comme des professionnels, des spécialistes des technologies 3D proposent ainsi leurs services et leurs produits.

Certes les produits ne sont pas toujours homologués mais ils rendent service dans la mesure où les médecins les valident, actuellement, l’essentiel étant de répondre aux personnes malades. C’est ainsi que sont créés des respirateurs d’urgence…

Equipement de protection et pièces urgentes en 3Ds

De grands industriels, c’est le cas de Air Liquide, Valeo, Schneider Electric et PSA ont mis en place un consortium pour fabriquer d’ici mi-mai 10000 respirateurs dédiés aux hôpitaux.
Les initiatives se multiplient donc dans le domaine de la fabrication additive plus connue sous le nom de l’impression 3D.

Le groupe Kering va contribuer à financer un parc de 60 imprimantes 3D installées à l’hôpital Cochin. Cela va permettre de créer des visières de protection pour le visage mais aussi du matériel d’intubation, des valves pour respirateurs, des masques, des poignées, toutes sortes de matériels qui manquent actuellement en grand nombre…

A l’heure actuelle, des spécialistes comme Silex3D à Lyon sont déjà au travail et développent ainsi des respirateurs artificiels fabriqués en impression 3D. Bien évidemment, un tel matériel n’est pas destiné à remplacer un appareil homologué et professionnel mais pour l’aide d’urgence, il ne fait aucun doute que ces dispositifs peuvent aussi sauver des vies et en soulager d’autres… De plus en plus d’industriels rejoignent l’initiative c’est le cas de Renault, Michelin, Microelectronics… Les respirateurs proposés restent des prototypes mais ils sont actuellement validés par des médecins réanimateurs.

La fabrication additive et ses technologies

Depuis quelques années déjà elle a fait son entrée dans l’univers industriel. Les secteurs et entreprises en aéronautique, aérospatial, milieu médical et secteur dentaire, secteur maritime…utilisent les technologies de l’impression 3D et, de nos jours, de l impression 3D Metal avec la technologie stéréolithographie.

Si les atouts de ces technologies sont reconnus et notamment pour les coûts beaucoup plus bas comparés à ceux issus des procédés traditionnels d’usinage, il s’avère que pour cette crise épidémique du coronavirus, une nouvelle fois et pour pallier à des mesures d’urgence, les techniques et technologies de l’impression 3D auront, une nouvelle fois, prouvé leur efficacité et leur performance.

Les imprimantes 3D sont courantes aussi bien chez les professionnels que chez les particuliers qui ont investi dans ce type de matériel. Bien évidemment, toutes les imprimantes ne se valent pas, elles sont proposées selon des prix très variés sur le marché, il est possible d’acquérir une imprimante 3D à partir de 1000 euros, jusqu’à des prix bien plus élevés. Cela dépend aussi des technologies sollicitées.

L’impression 3D et les fichiers CAO sont ainsi et actuellement au premier plan des urgences médicales et de protection pour toutes les personnes les plus exposées.

Une grande solidarité de fabrication additive est en cours, elles donnent même et déjà des idées à beaucoup, notamment, les hôpitaux qui imaginent déjà pour demain, cette forme d’indépendance et d’autonomie que pourraient leur offrir des imprimantes 3D positionnées sur place.

Il ne reste plus qu’à souhaiter que les états prennent conscience de cela et donnent ainsi pour demain les budgets nécessaires et indispensables qui permettront de faire face plus rapidement.