Les scientifiques cherchent à comprendre à quel point notre climat est sensible au CO2

0
142

À l’aube de la révolution industrielle, l’atmosphère terrestre contenait 278 parties de CO₂ par million. Aujourd’hui, après plus de deux siècles et demi d’utilisation de combustibles fossiles, ce chiffre est d’environ 414 parties par million (ppm). Si l’accumulation de CO₂ se poursuit aux taux actuels, d’ici 2060, elle aura dépassé 560 ppm – plus du double du niveau de l’époque préindustrielle.

La réponse exacte du climat à tout ce CO₂ supplémentaire est l’une des questions centrales de la science du climat. À quel point le climat va-t-il réellement changer?

Une nouvelle évaluation internationale majeure de la sensibilité climatique de la Terre, maintenant publiée dans la revue Reviews of Geophysics, aborde cette question. Cette recherche a amélioré notre compréhension de la façon dont le monde se réchauffera si le dioxyde de carbone dans l’atmosphère est maintenu au double du niveau de l’époque préindustrielle.

Bien qu’un chiffre exact ne soit toujours pas possible, de faibles niveaux de réchauffement sont désormais beaucoup moins probables qu’on ne le pensait auparavant. Des valeurs très élevées sont également un peu moins probables. Il y a beaucoup plus de certitude que, s’il n’est pas maîtrisé, le réchauffement climatique serait suffisamment élevé pour entraîner des impacts et des risques très graves dans le monde entier.

L’étude, qui a été organisée par le Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC) et impliquant de nombreux climatologues de premier plan (dont l’un d’entre nous: Tim), examine une mesure appelée «sensibilité climatique à l’équilibre». Cela fait référence à l’augmentation des températures moyennes mondiales à long terme après un doublement des concentrations de dioxyde de carbone. Il peut être estimé à l’aide de trois principaux éléments de preuve:

  1. Mesures de température effectuées avec des thermomètres de 1850 (quand une couverture mondiale suffisante a commencé) au proche présent. En comparant les températures, les niveaux de CO₂ et l’effet d’autres facteurs climatiques passés et présents, nous pouvons estimer les changements à plus long terme.
  2. Preuve des enregistrements paléoclimatiques du pic de la dernière période glaciaire il y a 20 000 ans, lorsque le CO₂ était plus bas qu’aujourd’hui, et d’une période chaude il y a environ 4 millions d’années lorsque le CO₂ était plus comparable à aujourd’hui. Nous pouvons dire à quel point le climat était chaud et combien de CO₂ il y avait dans l’atmosphère en fonction de la composition des gaz emprisonnés dans les bulles d’air dans les carottes de glace anciennes.
  3. Observations actuelles – par exemple à partir de données satellitaires – et preuves issues de modèles climatiques, de théories et de modèles de processus détaillés qui examinent la physique des interactions au sein du système climatique.

Malgré son importance, la sensibilité climatique à l’équilibre est très incertaine et depuis de nombreuses années, l’estimation standard se situe entre 1,5 ° C et 4,5 ° C. Dans son 5e rapport d’évaluation, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a donné ces valeurs comme «plage probable», ce qui signifie qu’il considérait qu’il y avait au moins 66% de chances qu’il se situe dans cette plage. Ou, en d’autres termes, il a jugé qu’il y avait jusqu’à 33% de chances que le réchauffement soit inférieur à 1,5 ° C ou supérieur à 4,5 ° C.

La nouvelle étude suggère que cette «plage probable» s’est rétrécie à, au plus, 2,3 ° C à 4,5 ° C – ou peut-être une plage encore plus étroite *. L’extrémité inférieure de la fourchette a donc considérablement augmenté, ce qui signifie que les scientifiques sont désormais beaucoup plus convaincus que le réchauffement climatique ne sera pas faible.

Évaluations du réchauffement climatique anciennes et nouvelles