Les hashtags politiques rendent les discussions sur l’actualité en ligne plus extrêmes

0
100

Que vous soyez conservateur ou libéral, vous êtes probablement tombé sur un hashtag politique dans un article, un tweet ou une histoire personnelle partagée sur Facebook.

Un hashtag est une balise fonctionnelle largement utilisée dans les moteurs de recherche et les services de réseaux sociaux qui permettent aux gens de rechercher un contenu qui tombe sous le mot ou la phrase, suivi du signe #.

D’abord popularisée par Twitter en 2009, l’utilisation des hashtags s’est généralisée. Presque tout ce qui est politique dans l’intention d’attirer un large public est maintenant marqué d’un hashtag accrocheur. Prenez par exemple les campagnes électorales (#MAGA), les mouvements sociaux (#FreeHongKong) ou les appels à soutenir ou à s’opposer à des lois (#LoveWins).

En plus des militants et des politiciens, les entreprises de presse utilisent également des hashtags politiques pour augmenter leur lectorat et pour contextualiser les reportages dans des messages courts et digestes des médias sociaux. Selon la Columbia Journalism Review, cette pratique est « un bon moyen d’introduire une histoire ou une perspective dans le cycle de l’actualité » et « un moyen de déterminer ce dont le public veut discuter et en savoir plus ».

Est-ce vraiment vrai ?

Notre expérience

Pour le savoir, nous avons mené une expérience contrôlée en ligne avec 1 979 personnes.

Nous avons testé si les gens réagissaient différemment à la présence ou à l’absence de hashtags politiques – en particulier les plus utilisés, #MeToo et #BlackLivesMatter – dans les articles publiés sur Facebook par les grands organes de presse, tels que le New York Times et NPR.

Nous avons montré à chaque personne, de manière aléatoire, un article qui contenait ou excluait le hashtag politique. Nous leur avons ensuite demandé de commenter l’article et de répondre à quelques questions à son sujet.