Les entreprises contrôlant le territoire dans l’espace ? Les nouvelles règles américaines disent « OUI ».

0
128

La NASA a récemment lancé des astronautes américains vers la Station spatiale internationale pour la première fois en dix ans, dans une fusée conçue par SpaceX d’Elon Musk.

Sous la direction du président Donald Trump, la mission des États-Unis visant à s’affirmer comme la puissance dominante dans l’espace s’est rapidement accélérée. Ce faisant, les États-Unis ont également commencé à remodeler le droit international de l’espace pour l’adapter à leurs objectifs – une démarche qui préoccupe de nombreux pays.

En avril, M. Trump a publié un décret réaffirmant le soutien des États-Unis à l’exploitation des ressources lunaires et astéroïdes par les entreprises.

L’ordonnance a également rejeté une opinion de longue date en droit international selon laquelle l’espace est un bien commun mondial et que l’utilisation commerciale des ressources spatiales devrait se faire sous surveillance internationale.

Puis, le mois dernier, la NASA a publié les « Accords Artemis », du nom de son programme Artemis, qui vise à renvoyer les humains sur la lune d’ici 2024. Les accords prétendent établir un ensemble de principes communs pour régir l’exploration et l’utilisation civiles de l’espace extra-atmosphérique.

Ce que les accords d’Artemis feraient

Bien que la NASA n’ait publié qu’un résumé de haut niveau des accords, deux questions relatives au droit international de l’espace sont déjà claires.

Premièrement, les accords d’Artemis vont au-delà du simple rejet de l’impopulaire accord sur la Lune de 1979, qui déclarait que les ressources lunaires étaient le « patrimoine commun de l’humanité » et engageait les parties à établir un régime international pour superviser l’exploitation minière de l’espace. Seuls 18 pays ont signé le traité.

Les accords prévoient un cadre d’accords bilatéraux centré sur les États-Unis, dans lequel les « nations partenaires » acceptent de suivre les règles élaborées par les États-Unis.

Deuxièmement, les accords introduisent le concept de « zones de sécurité » autour des opérations lunaires.

Bien que les revendications territoriales dans l’espace soient interdites en vertu du droit international, ces zones de sécurité viseraient à protéger les sites commerciaux et scientifiques contre les collisions accidentelles et d’autres formes d' »interférences nuisibles ». Il reste à déterminer quels types de comportement pourraient être considérés comme des interférences nuisibles.

Les accords prétendent se conformer au traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967, un accord largement soutenu qui a déclaré que l’espace était la
« province de toute l’humanité » et a autorisé l’exploitation commerciale des ressources comme « utilisation pacifique » de l’espace.

Toutefois, dans la pratique, les accords peuvent remettre en question l’interdiction des revendications territoriales dans l’espace prévue par le traité sur l’espace extra-atmosphérique. Ils pourraient également intensifier les conflits internationaux sur les ressources spatiales.

L’espace continuera-t-il à être traité comme un bien commun mondial ?

Les accords d’Artemis suppriment en fait la perspective d’une surveillance internationale de l’exploitation minière de l’espace.

L’Accord sur la Lune engageait les signataires à établir un cadre réglementaire international lorsque l’exploitation de l’espace était « sur le point de devenir possible ». Ce moment est clairement arrivé, comme l’ont démontré la mission japonaise Hyabusa2 vers l’astéroïde Ryugu et la mission lunaire chinoise Chang’e 4. Les deux missions collectent des échantillons de minéraux.

Bien que l’Accord sur la Lune lui-même n’ait suscité que peu de soutien, le Comité des Nations unies sur les utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique a réexaminé le cadre du droit des ressources spatiales ces dernières années et a chargé un groupe de travail d’élaborer un nouveau régime pour régir l’exploitation de l’espace.

Ce projet de principes devait être examiné lors d’une réunion des Nations unies cette année, mais il a été annulé en raison de la pandémie COVID-19.

Aujourd’hui, en publiant les accords d’Artemis, les États-Unis ont potentiellement sabordé ces négociations internationales pour de bon.

La véritable différence entre les accords d’Artemis et un cadre international négocié au sein des Nations unies réside dans la question de savoir si l’espace sera traité comme un bien commun mondial lorsque l’exploitation de l’espace commencera.

En vertu du droit international actuel, les bénéfices de l’exploitation minière commerciale dans les zones de patrimoine mondial, y compris les fonds marins internationaux, doivent en principe être partagés équitablement par « toute l’humanité ».

L’idée que les bénéfices de l’extraction des ressources spatiales devraient être partagés par le biais d’un organisme international a recueilli un large soutien parmi les pays en développement et leurs partisans dans les années 60 et 70.

Mais les entrepreneurs du secteur spatial américain contestent depuis longtemps le principe du « global commons ». Et le rejet par les États-Unis d’un cadre de biens communs mondiaux pour l’espace est en fin de compte un rejet du partage des bénéfices. Les entreprises minières et technologiques conserveraient tous les bénéfices.

Et cela, à son tour, renforcerait les inégalités de richesse existantes dans l’industrie des ressources spatiales.