Le cannabis est plus efficace pour prévenir et traiter la COVID-19 que l’hydroxychloroquine

0
97


Une équipe de scientifiques canadiens a identifié au moins 13 souches de cannabis sativa qui, selon eux, peuvent contribuer à la prévention et au traitement de la COVID-19.

Le président des États-Unis d’Amérique a passé les dernières semaines à vanter les mérites d’un médicament dangereux appelé hydroxychloroquine comme traitement prophylactique du COVID-19. Malheureusement, l’expertise du président se situe dans la télé-réalité et non en médecine. Plusieurs études ont montré que l’hydroxychloroquine, un médicament conçu pour traiter la malaria, a des effets secondaires dangereux lorsqu’il est utilisé pour traiter les coronavirus, y compris la mort.

La recherche d’un médicament COVID-19 qui permettra à la fois de rendre Donald Trump et ses amis de l’industrie pharmaceutique riches et de ne pas tuer les personnes qui le prennent n’a, jusqu’à présent, donné aucun résultat. Mais des recherches passionnantes, financées par le gouvernement canadien, semblent indiquer qu’une approche différente est nécessaire.

Selon le document de recherche de l’équipe :

Nous avons développé plus de 800 nouvelles lignées et extraits de Cannabis sativa et avons émis l’hypothèse que les extraits de C. sativa à forte teneur en CBD pourraient être utilisés pour moduler l’expression de l’ECA2 dans les tissus cibles de COVID-19. En criblant des extraits de C. sativa à l’aide de modèles artificiels humains 3D de tissus buccaux, des voies respiratoires et des intestins, nous avons identifié 13 extraits de C. sativa à forte teneur en CBD qui modulent l’expression du gène ACE2 et les niveaux de protéines ACE2. Nos premières données suggèrent que certains extraits de C. sativa régulent négativement la sérine-protéase TMPRSS2, une autre protéine critique nécessaire à l’entrée du SRAS-CoV2 dans les cellules hôtes.

Cela signifie que l’équipe a soigneusement mis au point plusieurs souches de cannabis dont il a été démontré expérimentalement qu’elles rendent beaucoup plus difficile au coronavirus du SRAS-CoV2 de trouver un foyer à l’intérieur des cellules tissulaires sur lesquelles il s’accroche pour nous infecter avec la maladie COVID-19.

Cela ne veut pas dire que vous devez vous précipiter vers votre dispensaire local et épuiser ses réserves de sativa et de CBD. Les 13 souches cultivées par les chercheurs sont presque certainement très différentes de toutes les souches au nom farfelu que vous allez acheter en vente libre. Mais, si vous devez suivre un traitement non testé, je vous recommande de prendre la tête du Canada et de vous imprégner légalement de cannabis au lieu d’écouter l’administration Trump.

[[Lisez : Ne pas boire d’eau de Javel]

Une étude récente menée par le professeur Mandeep Mehra de la Harvard Medical School, qui a examiné les données de plus de 96 000 patients COVID-19, dont 15 000 avaient été traités à l’hydroxychloroquine, a clairement montré que les patients utilisant ce médicament couraient un risque de décès bien plus élevé que ceux qui ne l’utilisaient pas. Selon un rapport du Washington Post :

Pour les personnes ayant reçu de l’hydroxychloroquine, on a constaté une augmentation de 34 % du risque de mortalité et de 137 % du risque d’arythmie cardiaque grave. Pour ceux qui recevaient de l’hydroxychloroquine et un antibiotique – le cocktail approuvé par Trump – le risque de décès augmentait de 45 % et le risque d’arythmie cardiaque grave de 411 %.

Les personnes ayant reçu de la chloroquine présentaient un risque accru de 37 % de décès et de 256 % d’arythmies cardiaques graves. Pour ceux qui prenaient de la chloroquine et un antibiotique, le risque de décès était augmenté de 37 % et le risque d’arythmies cardiaques graves de 301 %.

Donald Trump a récemment déclaré aux journalistes et au public américain qu’il avait pris de l’hydroxycholoroquine comme mesure préventive pour éviter le COVID-19. Hormis le fait qu’il a une petite participation financière dans Plaquenil – le nom du médicament pour l’hydroxycholoroquine – s’il veut vraiment prévenir COVID-19, il devrait s’imbiber de cannabis. Il n’y a pas de preuve, évaluée par des pairs, que cela fonctionnera, mais au moins cela ne le tuera pas.

Non seulement personne n’est jamais mort d’avoir absorbé du cannabis, mais il présente des avantages médicaux évidents pour la prévention et le traitement de maladies allant des infections virales au cancer. Cela, et il serait peut-être moins con s’il fumait un joint de temps en temps.

Pour plus d’informations sur l’étude sur le cannabis, consultez le document de recherche complet en préimpression ici. Et si vous voulez en savoir plus sur les raisons pour lesquelles personne ne devrait utiliser l’hydroxycholorquine pour prévenir ou traiter le COVID-19, veuillez lire cette importante étude.

Couverture de la Corona

Lisez notre couverture quotidienne sur la façon dont l’industrie technologique réagit au coronavirus et abonnez-vous à notre bulletin hebdomadaire Coronavirus in Context.

Pour des conseils et des astuces sur le travail à distance, consultez nos articles sur les quarts de croissance ici ou suivez-nous sur Twitter.