La Turquie souhaite boycotter l’iPhone

0
767

La guerre diplomatique entre les Etats-Unis et la Turquie n’est pas prête à s’arrêter. Après avoir entamé les rapports entre les deux pays, les mésententes impactent maintenant sur les rapports commerciaux. Le Président de la Turquie a annoncé qu’Apple et ses produits étaient désormais boycottés dans son pays. Selon Recep Tayyip Erdogan, Samsung suffirait amplement à faire le bonheur de ses citoyens.

Un appel direct à la population

Erdogan ne laisse aucune occasion de faire comprendre aux Etats-Unis qu’il n’est pas prêt à faire des concessions. Le Chef d’Etat Turc a lancé un appel de masse à sa population : ce mardi 14 août, il leur aura, en effet, demandé de boycotter les terminaux conçus par Apple. La marque, qui appartient au groupe américain du même nom, possède une solide réputation qu’elle aura également su entretenir dans le pays.

Apple figure aujourd’hui parmi les groupes les plus puissants au monde, avec des dispositifs électroniques réputés pour leur qualité, et leur durée de vie. Selon l’AFP, Erdogan se sera prononcé en défaveur de la marque made in USA, en appelant ses concitoyens à ne plus utiliser des appareils fabriqués par Apple. « S’ils ont des iPhone, il y a des Samsung de l’autre côté » : une position qui incite clairement à préférer la marque asiatique, dont les valeurs pourraient donc être « plus proches » de celles de la Turquie.

L’incitation à passer à des références concurrentes et à peine voilée. Si la population reste encore libre de choisir leurs terminaux, le gouvernement Turc espère ainsi couper l’herbe sous le pied de la franchise américaine. L’annonce fait suite aux dégradations que les relations entre les deux pays connaissent depuis quelques mois. Si la situation s’était dégradée depuis le début de l’année, les choses se seraient réellement envenimées au mois de juillet. La cause n’est autre qu’un fait d’actualité qui a marqué les Etats-Unis : Andrew Brunson, un pasteur américain incarcéré en Turquie, n’a toujours pas été libéré, malgré d’incessantes demandes faites par le gouvernement américain. Les sanctions réciproques fusant en toute occasion, les deux pays ne semblent pas prêts à enterrer la hache de guerre.

Un mouvement qui se généralise

Trump aura lancé l’offensive économique, en annonçant une hausse des taxes sur les produits importés de la Turquie. Ce qui est considéré comme une sanction sans précédent a, en effet, appliqué un doublement des impositions sur l’aluminium, et l’acier en provenance de ce pays. Une résolution qui a largement contribué à baisser la valeur de la monnaie turque de 40% face au dollar américain, mais qui aura également eu des conséquences sur son cours par rapport à l’euro.

Si le boycott préconisé par Erdogan est récent, le mouvement appelant les citoyens à boycotter les marques américaines ne date pas d’hier. Le hashtag #ABDyeReklamVerme a été lancé sur les réseaux sociaux : les internautes, qui demandent littéralement à « ne pas faire de publicité aux Etats-Unis », ont gagné le soutien des compagnies locales. Turkish Airlines a notamment suivi le mouvement, en minimisant la visibilité des USA dans ses agences.