La lune doit-elle être privatisée ? Les États-Unis disent oui

0
107

Les industries privées ont contribué à réduire le coût du lancement de fusées, de satellites et d’autres équipements dans l’espace à des niveaux historiquement bas. Cela a stimulé l’intérêt pour le développement de l’espace – tant pour l’extraction de matières premières telles que le silicium pour les panneaux solaires et l’oxygène pour le carburant des fusées, que pour la délocalisation potentielle des industries polluantes hors de la Terre. Mais les règles ne sont pas claires quant à savoir qui profiterait si, par exemple, une société américaine comme SpaceX colonisait Mars ou établissait une base lunaire.

À l’heure actuelle, aucune entreprise – ou nation – n’est encore prête à revendiquer ou à tirer profit de la propriété privée dans l’espace. Mais l’industrie spatiale, qui représente 350 milliards de dollars, pourrait changer rapidement. Plusieurs entreprises prévoient déjà d’explorer la Lune pour y trouver des matières premières comme l’eau, l’hélium 3, qui pourrait être utile dans les réacteurs nucléaires à fusion, et les éléments des terres rares, qui sont inestimables pour la fabrication d’appareils électroniques. Il reste à voir ce qu’elles pourraient trouver et à quel point il est facile de ramener ces matériaux sur Terre.

Anticipant un intérêt commercial supplémentaire, l’administration Trump a créé de nouvelles règles par le biais d’un décret à la suite d’un changement de loi en 2015 sur la manière dont ces entreprises pourraient tirer profit des opérations sur la Lune, les astéroïdes et d’autres planètes. Ces règles sont en contradiction avec un traité international de longue date que les États-Unis ont généralement suivi mais auquel ils n’ont jamais officiellement adhéré. L’administration prévoit également d’encourager d’autres nations à adopter cette nouvelle perspective américaine sur l’exploitation minière de l’espace.

En tant que spécialiste du droit et de la politique de l’espace – et fier d’être un passionné de science-fiction – je crois que la communauté internationale pourrait trouver de nouvelles façons de gouverner pacifiquement l’espace à partir d’exemples pris ici sur notre planète, notamment l’exploitation minière des grands fonds marins et l’Antarctique.