Insider vend les actions de Stericycle | Benzinga

0
102

Les actions de Stericycle Inc (NASDAQ:SRCL) ont baissé de 4,5% lors de la session régulière d’aujourd’hui. Un formulaire 4 déposé auprès de la SEC le mardi 9 juin a montré que EVP et Stahl David W. ont vendu 1 000 actions à un prix moyen de 63,47 dollars. La transaction a porté la participation du dirigeant dans Stericycle Inc. à 1 711 actions.

L’importance des opérations d’initiés

Bien que les transactions d’un initié ne doivent pas être utilisées comme seul élément pour prendre une décision d’investissement ou de négociation, un initié qui achète ou vend des actions de sa société peut être un bon facteur supplémentaire qui conduit à plus de conviction dans une décision. Lorsqu’un initié achète des actions après une vente importante, cela peut indiquer qu’il a confiance dans le succès de l’entreprise. Désormais, si l’action est achetée à un nouveau sommet, c’est peut-être parce que l’initié estime que l’action n’est pas surévaluée. À l’inverse, les initiés qui vendent leurs actions à un nouveau plus bas peuvent potentiellement indiquer une sorte de moment de capitulation. Les initiés qui vendent à un nouveau sommet peuvent indiquer que le dirigeant veut « prendre un peu de profit » et « bloquer un gain ».

Codes de transaction à privilégier

Les investisseurs préfèrent se concentrer sur les transactions qui ont lieu sur le marché libre, indiquées dans le formulaire 4 avec les codes P pour l’achat et S à vendre. Une transaction sur le marché libre signifie que l’initié est entré sur le marché de sa propre volonté et a pris une décision active sur la voie potentielle d’une entreprise et de ses actions. Les codes de transaction autres que P ou S sont souvent considérés avec moins de conviction car ils ne sont souvent pas liés à une décision de l’exécutif. À titre d’exemple, le code de transaction C indique la conversion d’une option. Code de transaction A indique que l’initié peut avoir été contraint de vendre des actions afin de recevoir une compensation que l’exécuteur testamentaire s’est vu promettre lors de son embauche par une société.