Des boyaux flottants au sang «  collant  » – voici comment faire de la chirurgie dans l’espace

0
106

Plus tôt cette année, il a été signalé qu’un astronaute dans l’espace avait développé un caillot sanguin potentiellement mortel dans le cou. Cela a été traité avec succès avec des médicaments par des médecins sur Terre, évitant une intervention chirurgicale. Mais étant donné que les agences spatiales et les compagnies privées de vols spatiaux se sont engagées à faire atterrir des humains sur Mars dans les décennies à venir, nous ne serons peut-être pas aussi chanceux la prochaine fois.

Les urgences chirurgicales sont en fait l’un des principaux défis en matière de voyage spatial humain. Mais au cours des dernières années, les chercheurs en médecine spatiale ont proposé un certain nombre d’idées qui pourraient aider, des robots chirurgicaux aux imprimantes 3D.

Mars est à 54,6 millions de kilomètres (33,9 millions de miles) de la Terre, lorsqu’elle est la plus proche. En comparaison, l’Agence spatiale internationale (ISS) orbite à seulement 400 kilomètres au-dessus de la Terre. Pour les urgences chirurgicales sur l’ISS, la procédure consiste à stabiliser le patient et à le ramener sur Terre, aidé par les télécommunications en temps réel. Cela ne fonctionnera pas sur les missions sur Mars, où l’évacuation prendrait des mois ou des années, et il peut y avoir une latence des communications de plus de vingt minutes.

En plus de la distance, l’environnement extrême auquel est confronté le transit vers et sur Mars comprend la microgravité, des niveaux de rayonnement élevés et une cabine ou une combinaison sous pression fermée. C’est difficile pour les corps des astronautes et cela prend du temps à s’y habituer.

Nous savons déjà que le voyage spatial modifie les cellules des astronautes, la régulation de la pression artérielle et les performances cardiaques. Il affecte également la distribution des fluides du corps et affaiblit ses os et ses muscles. Les voyageurs spatiaux peuvent également développer plus facilement des infections. Ainsi, en termes d’aptitude à la chirurgie, un astronaute blessé ou malade sera déjà désavantagé physiologiquement.