Comment étudier notre réaction au coronavirus peut nous aider à lutter contre le changement climatique

0
182

Le changement climatique et le COVID-19 sont les deux crises les plus importantes auxquelles le monde moderne est confronté – et un changement de comportement généralisé est essentiel pour faire face aux deux. Cela signifie que les messages officiels du gouvernement et d’autres autorités sont essentiels. Pour réussir, les dirigeants doivent communiquer efficacement la menace grave et obtenir des niveaux élevés de conformité publique, sans provoquer de panique indue.

Mais la mesure dans laquelle les gens se conforment dépend de leurs filtres psychologiques lors de la réception des messages – comme l’a montré la pandémie de coronavirus.

Avec COVID-19, les premiers messages ont tenté de circonscrire la nature de la menace. En mars, l’OMS a annoncé que: «Le COVID-19 affecte le plus gravement les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé préexistants.» Des déclarations similaires ont été faites par le gouvernement britannique.

Une interprétation raisonnable de cela serait que le virus n’affecte pas les jeunes. Mais à mesure que de nouvelles données cliniques sont arrivées, ce message a été modifié pour souligner que le virus pourrait affecter des personnes de tous âges et ne fait pas de discrimination.

Mais les êtres humains ne sont pas nécessairement entièrement rationnels en termes de traitement de l’information. La psychologie expérimentale a mis au jour de nombreuses situations où notre raisonnement est, en fait, limité ou biaisé.

[Read: Scientists are homing in on understanding just how sensitive our climate is to CO2]

Par exemple, un processus mental appelé «heuristique d’affect» nous permet de prendre des décisions et de résoudre des problèmes rapidement et (souvent) efficacement, mais en fonction de nos sentiments plutôt que de la logique. Il a été démontré que le biais influence à la fois les jugements de risque et de comportement. Pour COVID-19, le message officiel aurait établi une réaction moins négative chez les jeunes par rapport aux personnes plus âgées. Cela les aurait rendus plus susceptibles de prendre plus de risques – même lorsque de nouvelles données faisant autorité sur les risques réels sont arrivées. Les chercheurs appellent cela un «engourdissement psychophysique».

Un autre obstacle mental est le biais de confirmation. Cela nous rend aveugles aux données qui ne correspondent pas à nos croyances, ce qui nous rend trop attentifs aux messages qui les rejoignent. Il influence (entre autres) l’attention visuelle automatique sur certains aspects des messages. En d’autres termes, si vous êtes jeune, vous pouvez, sans aucune conscience, accorder peu d’attention visuelle à la nouvelle que le virus est grave pour les personnes de tous âges.

Le message positif initial adressé aux jeunes a également créé un «biais d’optimisme». Ce biais est très puissant – nous connaissons divers mécanismes cérébraux qui peuvent garantir la persistance d’une humeur positive. Une étude a révélé que les gens ont tendance à avoir un niveau réduit de codage neuronal d’informations plus négatives que prévu (en comparaison avec des informations plus positives que prévu) dans une région critique du cortex préfrontal, qui est impliquée dans la prise de décision. Cela signifie que nous avons tendance à manquer les mauvaises nouvelles et, même si nous ne le faisons pas, nous les traitons à peine.

Tous ces préjugés affectent notre comportement, et il est clair que les jeunes étaient plus susceptibles de ne pas se conformer aux directives du gouvernement sur le COVID-19. Une enquête menée le 30 mars par la société de sondage Ipsos MORI a révélé que près de deux fois plus de jeunes de 16 à 24 ans étaient peu ou peu préoccupés par le COVID-19 par rapport aux adultes de 55 ans ou plus. Le groupe plus jeune était également quatre fois plus susceptible que les adultes plus âgés d’ignorer les conseils du gouvernement.

Leçons sur le changement climatique

Nos propres recherches ont montré que des biais cognitifs importants agissent également avec les messages sur le changement climatique. Le premier est le biais de confirmation – ceux qui ne croient pas que le changement climatique est une menace réelle ne prennent tout simplement pas en compte les messages disant que c’est le cas.

Photo d'ours polaires